Trop souvent nous refusons de choisir…

Publié le par Éric Laliberté

Très peu d’entre nous accepte d’assumer leur vie,
de faire des choix.
On préfère ne pas avoir à choisir.
Peut-être pour ne pas en porter la responsabilité …
 
Souvent, on laisse les événements décider de notre sort.
On hésite tellement,
que finalement le choix s’impose de lui-même.
Peut-être que ça fait notre affaire…
Peut-être avons-nous peur de déplaire…
En tout cas, ça nous permet de râler sur le sort qui s’acharne.
 
C’est facile de se laisser porter par le courant,
de laisser la masse nous orienter.
On se laisse emporter par le raz-de-marée de la foule,
nous laissant aspirer dans la même direction,
sans se demander
si nous désirons réellement aller de ce côté.
Et, si ce n’était pas là notre chemin?
Et, si tout le monde se trompait?
On pourrait au moins chialer sur celui qui est devant.
On s’évite la responsabilité de l’erreur.
C’est bien mieux quand ce n’est jamais de notre faute…
 
Assumer ses choix,
ne nous assurera pas automatiquement le bonheur.
La souffrance s’y rencontre fréquemment.
Assumer sa vie, c’est assumer la souffrance
comme l’athlète assume la douleur de l’entraînement
dans la poursuite d’un idéal.
Cette souffrance nous l’acceptons plus facilement
car elle a tout son sens sur le chemin que nous avons choisi.
Et, peu importe que notre choix donne les résultats escomptés,
ce qui compte c’est que nous assumions notre vie,
que notre direction soit celle que nous avions choisie.
 
Par ce choix, certains liens s’en trouveront brisés.
Choisir de vivre en cohérence avec soi-même
implique des changements
qui ne correspondent pas toujours
aux visions de notre entourage.
 
Le courage de s’assumer…
 
Nous avons un magnifique cadeau entre les mains, notre vie,
et nous ne savons pas trop quoi en faire.
Pointons vers notre bonheur et ne perdons pas le cap.
Cherchons cette manière de vivre qui nous conviendra
et répondra à l’appel qui monte en nous.
 
Une vie choisie n’est pas toujours facile.
Il faut avoir le courage de ses convictions.
ou, tout simplement, le désir de s’assumer.
Cependant, il n’y a pas de plus grand bonheur
que d’être aller au bout de ce que nous sommes.
 
Éric Laliberté

Publié dans auteur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric 21/12/2006 11:21

Très bien dit.
J'ai fait le pas. J'assume mes idées et mes choix.
Le blog m'a d'ailleurs aidé à formaliser mes idées et à les assumer.