Quelle satisfaction tirons-nous de nos jours?

Publié le par Éric Laliberté

Quoéleth disait :
« Quel profit trouve l’homme
à toute la peine qu’il prend sous le soleil? »
et après tout ce temps,
la question résonne toujours à nos oreilles.
 
Sylvain Lelièvre, dans une de ses chansons, demandait :
« Qu’est-ce qu’on a fait de nos rêves? »
Ces rêves qui nous animaient,
nous faisaient vibrer, il y a quelques années.
Qu’en avons-nous fait?
À quoi avons-nous souscris pour les mettre de côté?
Avons-nous préféré une sécurité financière
à une vie heureuse et bien remplie?
Nous sommes-nous laissés prendre
par un mode de vie anesthésiant,
qui nous bouffe tout notre temps,
pour acquérir la reconnaissance
d’un système qui nous renvoie
à une culture de compensation?
 
Qu’avons-nous fait de nos talents
émergeants à l’époque de notre jeunesse?
Les avons-nous laissés monter seulement,
ou étaient-ils déjà anesthésiés par la télé?
Avons-nous consacré le moindrement
de notre temps, à leur accomplissement?
La frénésie des jours économiques
Finit toujours par nous entraîner sur la même voie,
dans le même moule!
 
Résistons à cette contamination!
Ne rien faire, n’a rien de mal!
Remettre le ménage à demain,
n’a rien de grave!
Prenons le temps de respirer,
de vivre, de consoler, d’écouter,
de rire, de s’émerveiller, d’épauler,
d’aimer, d’être présent à chaque instant.
 
Un compte de banque vide
n’est une souffrance
qu’en fonction de nos désirs inassouvis!
 
Tout cette agitation,
cette frénésie que nous entretenons,
n’a aucun sens et n’est pas nécessaire.
Changeons de rythme!
Retrouvons une vie digne et libre d’artifices.
 
Éric Laliberté

Publié dans auteur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marieluce 12/10/2006 17:30

                                         
Où sont nos « valeurs », les vallées de fleurs ?
Où sont nos rêves de Mai ?
Où sont nos élans, et nos sentiments ?
Où sont les héros du printemps ?
A quand le soleil ? A quand le Réveil ?
Nos songes ont fané ???
Tiré d’une chanson de Guillaume CORPARD
« Rêves de Mai ».