Les passages

Publié le par Éric Laliberté

Le désir de vivre, de se mettre en marche ne se fait pas sans souffrance. Passer de notre état moribond à celui de Vivant demande beaucoup de courage.
Pour se mettre en route, nous devons nous défaire de nos conditionnements et de nos attachements. Se défaire de ceux-ci n’est pas toujours facile, la prise de conscience de nos attachements nous laisse souvent sous le choc. L’ampleur de la tâche nous accable et nous laisse souvent amer. Le choix semble difficile... Mais, une fois le premier choc passé, contemplons simplement cette nouvelle option qui s’offre à nous sans chercher à faire quoi que ce soit. Lentement, nous nous habituerons à elle. Notre regard changera. Elle deviendra moins effrayante. À force de l’observer, la relation devient autre. L’emprise qu’ils avaient sur nous se transforment et, soudainement, passer de notre état stagnant à celui de Vivant nous semble possible. Le passage n’en sera pas plus facile pour autant mais la conscience de cette manière d’être autrement nous empêchera de reculer le moment venu et nous saurons trouver la force de faire le saut comme le randonneur qui cherche à gravir la montagne. Celle-ci lui apparaît dans toute sa démesure mais, l’étape primordiale à la réalisation de ce projet reste la même : prendre son élan et mettre un pied devant. Faire le premier pas! Puis, avancer, recommencer, ne pas s’arrêter, poursuivre et toujours continuer… La douleur de l’effort physique n’empêchera jamais le randonneur de persévérer. Sa douleur est dépassée par l’amour du chemin qui le mène vers ce qu’il y a de meilleur en lui. C’est cela se mettre en route! Et cela, nous sommes tous en mesure de le faire, un pas à la fois. Il n’est pas nécessaire d’avoir un objectif temporel, il suffit d’avancer chaque jour un peu plus, rechoisir la Vie à chaque instant.
Par où commencerons-nous?

Éric Laliberté

Publié dans auteur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article