Compostelle, le retour! (4 de 5)

Publié le par Éric Laliberté

IMG-0113.JPGLa fin de ce pèlerinage approche et
notre relation au chemin se transforme.
On ne le voit plus de la même façon.
Ou plutôt, c’est nous
qui ne nous percevons plus
de la même façon.
Sans nous rendre compte,
notre transformation a commencé,
notre regard a changé.
 
Nous avançons
toujours tournés
vers la même direction.
Notre corps s’est endurci.
Il est plus fort maintenant.
Notre âme aussi,
car elle s’est fortifiée
IMG-0123.JPGdans l’abandon,
dans la renonciation.
 
Nous avons laissé tomber les masques
à travers lesquels
nous nous obligions à être.
Nous avons lâché prise
et accepté nos vulnérabilités.
 
Dans l’acceptation de nos faiblesses
nous avons alors puisé la force de continuer.
Dans l’abandon,
nous avons trouvé la force
IMG-0126.JPGde celui qui n’a plus rien à perdre,
car il n’a plus rien à prouver.
 
Nous laissons tomber les images,
les grandes et les petites,
celles que nous avions de nous-mêmes,
celles que nous avions du monde
et de son fonctionnement,
pour devenir attentifs à la vie.
Pour nous ouvrir à elle,
un pas à la fois.
 
La douleur est toujours présente mais,
elle ne nous affecte plus de la même façon.
Notre objectif est toujours le même mais,
il ne nous presse plus de la même façon.
Les amis sont toujours là mais,
IMG-0119.JPGnous sommes présents d’une autre façon.
 
À cette étape-ci,
on nous dit que nous entreprenons
le chemin de la guérison.
Dépouillés de tout,
nous préparons
notre réhabilitation.
 
Buen Camino!
amazigh.jpg 
Éric Laliberté
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article