Saint-Jacques-de-Compostelle - 7 jours avant notre départ

Publié le par Éric Laliberté

Il ne reste plus qu'une semaine! Brigitte a déjà commencé à faire son sac à dos. Faudrait que je m'y mette moi aussi.

Y'a de la fébrilité dans l'air! Les papillons dans l'estomac commencent à se faire sentir ...

Cette semaine, je vous donne un lien photos très intéressant (même s'il est en espagnol) :
http://www.gronze.com/camino-de-santiago/camino-frances.htm. Allez complètement au bas de la page et vous trouverez plusieurs photos et liens vers d'autres pages photos.

J'ai également écrit ce texte pour vous exprimer ce qui, je crois, pousse les gens à faire un pélerinage tel que celui de Compostelle. Dire ce qui nous anime en mettant notre vie en mouvement de cette façon.


Le Fils de l'Homme

Qui d’entre nous peut se vanter d’être à la hauteur d’une telle appellation? Être Fils et Filles de l’homme a quelque chose de IMG-0153.JPGprodigieux qui semble s’élever au-dessus de nous comme une auréole trop lourde à porter. Pourtant, il en est de notre nature fondamentale d’être « humain », filles et fils de la race humaine. Qu’avons-nous perdu pour que ce titre ne nous semble plus approprié? Qu’il ne semble plus nous être adressé? Serions-nous moins humain?
 
De par les qualités qui lui sont propres, chaque espèce est prédisposée à une existence qui lui permette de s’épanouir, d’exercer ses qualités, de vivre ce qu’elle est profondément. Les poissons ont ce qu’il faut pour être à leur aise dans l’eau. Les oiseaux ont cette agilité qui leur permette de s’appuyer sur les vents. L’être humain — le Fils de l’Homme —, lui, est appelé à l’aventure de l’Amour. Agir par amour est au centre de ses préoccupations. Agir par amour de la vie, par amour pour l’autre, par amour pour soi…
 
Mais, l’aventure humaine est une route de cheminements qui ne se termine jamais. « Le Fils de l’homme n’a nulle part où reposer sa tête. » et c’est pourquoi la vie humaine est continuellement en mouvement. Il est dans notre nature de chercher, de questionner, pour viser notre plein épanouissement. Nous avons à développer un potentiel intérieur immense qui s’appui sur l’Amour. L’être humain est un nomade qui refuse de s’assumer. En cherchant la sédentarisation, l’état « d’être arrivée », de parvenu, nous refusons l’effort de la gymnastique humaine qui nous appelle à exprimer le meilleur de nous-mêmes. Une gymnastique qui nous sort du confort de notre foyer pour allumer la flamme du vivant, nous conduisant sans cesse sur de nouveaux sentiers.
 
Sur cette route, le Fils de l’homme ne s’assoit pas pour attendre sa mort. Il avance, toujours, inlassable! Il s’émerveille de la vie, de ce qu’elle lui offre. Il la respire à plein poumons, la goûtant de mille façons. Pour le voyage de sa vie, il transporte peu car les bagages l’alourdissent et le font sombrer dans le piège de la sédentarité, celle qui rime avec stagnation et décrépitude. Le Fils de l’homme voyage donc léger pour ne pas s’encombrer de possessions qui accapareraient ses pensées de craintes. Il libère son coeur également. Il le libère de ces fardeaux lourds à porter et voyage le cœur léger, car il sait pardonner et n’entretient pas de haine. Son esprit est dégagé des conventions sociales sournoises qui musèlent les Fils et les Filles que nous sommes. Il s’avance donc l’esprit léger, le gardant ouvert à l’inconnu pour ne pas l’emplir de préjugés. Dans cet lucidité, les Fils et les Filles de l’homme sont accueil. Ils savent que la vie jaillit en abondance et ne s’inquiètent pas de ce que demain leur réserve.
 
Ce germe de vie, nous le portons tous en nous. Nous sommes tous représentants de la race humaine, Filles et Fils de l’homme. Laissons donc s’exprimer notre véritable humanité. Laissons s’exprimer en nous la véritable nature humaine, celle d’aimer et de vivre heureux. Non pas ce visage hargneux, vengeur et violent que nous trouvons en couverture de journal. Ce n’est pas le vrai visage humain! C’est le visage de la souffrance, de l’aliénation, de l’impossibilité de vivre... Être appelés Filles et Fils de l’homme, c’est reconnaître l’être en devenir en nous, celui qui cherche à grandir et s’humaniser un peu plus chaque jour.
amazigh.jpg 
Éric Laliberté
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Annie 01/09/2007 18:47

Bonjour à vous deux!!!Je prends le temps de lire tous tes écrits Eric.  J'ai particulièrement apprécié celui-ci.  Je vous souhaite le plus merveilleux des voyages, que vous puissiez voyager léger et profiter pleinement de tout ce que ce voyage peut vous apporter.Bon voyage!ta soeur qui t'aime xxx

serge 01/09/2007 08:22

de passage sur votre site , je vous souhaite bon courage  et faites partager votre carnet de voyage.bonne continuation